Langue bretonne : l'Etat lèche les miettes qu'il laisse aux filières bilingues

Publié le par Emgann Bro-Roazhon

Le 15 janvier dernier, lors d'une réunion avec les acteurs des filières bilingues publiques de Bretagne, le recteur de l'académie de Rennes a fait annoncer que l'Etat voulait par son intemédiaire fermer arbitrairement des cours de breton et des initiations au gallo dans 14 collèges et lycées de Bretagne. Cela s'ajoute à une volonté délibérée de tirer le niveau de maîtrise de la langue des élèves vers le bas : rappellons que selon les programmes officiels, un collégien souhaitant passer l'option Breton au Brevet des Collèges doit théoriquement valider le niveau A1 du cadre commun de référence, ce qui équivaut à une simple compréhension des expressions de base.

Ces décisions unilatérales montrent clairement que l'Etat n'est pas et ne sera jamais aux c
ôtés des parents et des enseignants dans cette lutte pour nos droits élémentaires et que seuls les Bretonnes et les Bretons pourront faire évoluer les choses positivement en prenant eux-mêmes leur destin en main. Et ce n'est pas le silence religieux du Conseil Régional en la matière qui viendra contredire cette constatation.

___

D'ar 15 a viz Meurzh e oa bet embann
et gant rektor akademiezh Breizh e c'hoant kas da get kentelioù brezhoneg ha gallaoueg e 14 skolaj ha lise Breizh da geñver un emvod gant ar re a labour e metoù ar c'hlasoù divyezhek. Ouzhpenn-se e santer sklaer bolontez ar Stad izelaat live ar skolajidi hag al liseidi a fell dezho deskiñ hor yezh : hervez an testennoù ofisiel nevez eo ret dezho tizhout live A1 framm kumun Europa da vare an 3vet klas, da larêt eo kompren gerioù ha troioù-lavar nesañ ar yezh nemetken.

Diskouez a ra da vat ne vo biken ar Stad skoaz-ouzh-skoaz gant ar gerent hag ar skolaerien a stourm evit hor gwirioù. Ne c'hello ket che
ñch an traoù ma ne vez ket divizet gant ar Vretoned hag ar Bretonezed renn o buhezioù o-unan, ha n'eo ket kennebeut ur C'huzul Rannvro didrous a sikouro anezho er stourm-se.

Evit Emgann MGI, ar mouezh-aotreet
Fañch Oger

Commenter cet article